QUI SOMMES-NOUS? NÔTRE HISTOIRE

Le Grand Séminaire Saint Pierre Claver de Koumi a été fondé en 1933 dans le prolongement du Petit Séminaire de Pabré (nord de Ouagadougou) qui l'abrita durant deux ans. Durant ces deux années, les évêquescherchaient le site et les fonds pour construire un grand séminaire. Koumi fut retenu, petitvillage situé à une quinzaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. La région de Bobo était centrale et saine. Ce grand séminaire, inauguré en 1935, et placé sous le patronage de Saint Pierre Claver, apôtre des Noirs esclaves, était prévu pour desservir toute l'Afrique de l'Ouest, depuis le Mali jusqu'au Ghana.

En 1942, Koumi ordonne ses trois premiers prêtres. Les archives conservent des noms illustres comme ceux du Cardinal Paul Zoungrana (Archevêque de Ouagadougou), du Cardinal Bernard Yago (Archevêque d'Abidjan), du Professeur Joseph Ki-Zerbo (premier agrégé d'histoire du Burkina Faso) etc... Le grand Séminaire était alors la seule Ecole Supérieure de tout le pays.

QUELQUES CHIFFRES

2010 : le Grand Séminaire fête son "jubilé d'albâtre", ses 75 ans d’existence ; il totalise depuis ses origines, l'accueil de 1366 séminaristes. Il a formé 879 prêtres dont708 Burkinabè.

2015 : ils sont 1520 jeunes à être passés par Koumi, avec un effectif de 999 prêtres dont 824 nationaux. Koumi a 80 ans d’existence !

Jusqu'en 1993, Koumi garde son statut de Grand séminaire régional. A ce titre, il a accueilli et formé des séminaristes venant du Mali, de la Guinée Conakry, du Tchad, du Sénégal, Togo, Bénin, Côte d'Ivoire, Mali… A partir de 1993, il n’a plus que le statut de séminaire interdiocésain, relevant de la Conférence des Evêques du Burkina et du Niger.

Le centre de Koumi, malgré sa taille, s'est trouvé trop petit et a donné naissance à trois autres Grands Séminaires : Saint Jean-Baptiste de Wayalghen à Ouagadougou (1977), Saint Augustin de Samaya en 1985 (Bamako, Mali) et Saint Pierre-Saint Paul de Kossoghen (Ouagadougou) en 1997.

ORGANISATION

Le Grand Séminaire de Koumi s'étend sur un territoire de 46 hectares. Cette enceinte comprend les logements des séminaristes et des formateurs (6 grands bâtiments avec leurs dépendances),  l'Eglise située au cœur de la zone habitée, une communauté de Religieuses (Sœurs de l'Annonciation de Bobo), un élevage de poules, de porcs et de lapins, des cultures (notamment un jardin potager), des terrains de sport et des terres encore à exploiter. Une des religieuses dirige une équipe de cuisinières (engagées et déclarées de manière totalement régulière) qui travaille pour assurer aux séminaristes une bonne restauration. Une autre assure le secrétariat du Rectorat et la gestion informatisée de la bibliothèque. Une équipe de 10 prêtres (9 résidents et un externe, tous diocésains) œuvrent à la formation intégrale (humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale) des séminaristes, candidats au sacerdoce. Les employés salariés sont au nombre de 12.

L'ensemble est dirigé par un recteur nommé pour un mandat de trois ans renouvelable une seule fois. Actuellement c'est l'Abbé Théophile NARE, du Clergé diocésain de Koupéla, qui dirige le Grand Séminaire.

ACTUALITE DE KOUMI

En 2005-2006, est instaurée une année de discernement avant l’admission au grand Séminaire, appelée " année propédeutique ". Après cette année de discernement, les trois premières années se déroulent à Kossoghen (Ouagadougou) au Séminaire de philosophie. Plus théologique et pastorale, la suite de la formation se déroule au grand séminaire de Koumi ou de Wayalghen, même si le séminariste n'y reste pas en permanence. En effet, après deux ans à Koumi, le séminariste est envoyé pendant un an en paroisse pour un stage pastoral avant de réintégrer Koumi pour deux ans de théologie aboutissant à l'ordination.

En cette année 2015-2016, les premiers « licenciés » sortis du Philosophat (après 3 années de formation au lieu de deux comme cela se faisait auparavant), ont commencé leur formation théologique au Grand séminaire de Koumi. La nouvelle disposition en vigueur dans le cycle de philospohie (3 ans de formation au lieu de 2) explique que Koumi n’ait pas cette année de séminaristes en 2è année de théologie. Cela explique aussi la réduction de l’effectif de la communauté.

Koumi possède une capacité d'hébergement de 160 séminaristesPour la rentrée qui vient de s’effectuer, ils sont 99 séminaristes inscrits dont 75 fréquentent effectivement l’Institution (67 internes et 8 externes) tandis que les 23 autres effectuent le stage pastoral dans leurs diocèses d’origine. 

La plupart des séminaristes sont donc internes, seuls les séminaristes "religieux" (c'est à dire dépendant d'une congrégation religieuse comme les Carmes) viennent suivre les cours à titre d’externes.

Les cours ont lieu le matin ; l'après-midi est réservée à l'étude ou à d’autres activités comme le sport ou bien le travail manuel. 

Le grand Séminaire est doté d'une salle d'ordinateurs (secrétariat), d’une grande bibliothèque (plus de 30 000 volumes) et même... d'un studio d'enregistrement.  Ce studio a permis l'enregistrement d'un CD à l'occasion du jubilé des 75 ans du Grand Séminaire : " Jubilons en Dieu et avançons au large ". Il contient des chants religieux (tous composés sur place) chantés et accompagnés par les séminaristes eux-mêmes.

Le Grand séminaire de Koumi vit essentiellement des subsides que lui envoient les OPM, et pour une part non négligeable, des contributions des diocèses qui y envoient des candidats à former. Nous ne pouvons omettre de mentionner les bienfaiteurs, individus ou associations, nationaux ou internationaux qui nous viennent en aide chaque année par des dons divers et toujours salutaires.